Concours beaux textes JDF 2005 - Contribution N°11

 

 

2005 - La vie autrement

 

Je me suis inventée la vie, peut-être pas celle que j'aurais souhaitée ! Non certainement pas ! Je me suis souvent demandée où était ma vie de femme dans ce monde, dans un univers où la femme en tant que femme, fait déjà l'objet de ce que Stephan Sweig appelle " la confusion des sentiments."
" Femmes je vous aime", dit la chanson, mais dans ce monde de femmes, cette année encore à l'heure du 8 mars 2005, je me pose la question, quelle place avons-nous quand nous sommes confrontées au quotidien, à la bêtise, la jalousie, le petit rien qui fait que... Alors, oui quand je regarde ma vie de femme, quand je découvre le combat que nous devons mener, j'ai terriblement envie de m'évader dans une autre dimension. Une dimension sudimentionnelle où il m'est possible d'exister en toute liberté, sans être jugée sur des apparences. Alors et alors seulement ma vie m'appartient, je puis la vivre en plénitude.
Je me suis inventée un monde pour respirer, parce que je crois bien que je n'ai pas pris le bon chemin. Un jour je n'ai pas suivi le bon panneau, je suis passée à côté de ma vie de femme, parce que très tôt j'ai été obligée de m'inventer la vie pour me sentir exister.
J'aurais aimé être reporter dans les pays étrangers, relater l'événement, être auprès des parias dans le Sud Asie pour défendre leur cause. J'aurais aimé aller plus loin pour défendre des femmes venues d'ailleurs comme celles que j'ai connues et qui, faute de n'être pas reconnues sont tombées par terre, avec en elle toute cette lassitude qui vous saisit, dès que nous comprenons que le combat est perdu d'avance.
Il se peut qu'au nom de tout ce vécu, je dédie cette lettre à Myriam et à Krystina, je ne pense pas que pour elles, dans notre troisième millénaire, la journée des Femmes aient un sens,mais je voudrais qu'elles sachent que je ne les ai pas oubliées, en particulier en cette journée du 8 mars consacrée aux femmes de tous les pays du monde. Il y a quelques années, rire et partager le thé était alors notre façon bien à nous d'exister au soir d'une journée bien remplie, de dire avec des mots, de deviner à travers des silences, nos souffrances, nos espoirs, notre attente. Les années se sont enfuies mais nous restons unies par la pensée, nos vies sont ailleurs dans l'espace - temps celui de toutes les femmes du monde réunies en une seule voix.

Marie-Thérèse Sorel

 Saint Benoît de Carmaux, France

Texte N°11 diffusé sur le site www.journee-de-la-femme.com

 

 

Page à imprimer, puis découper (à l'extérieur du 2ème cadre rose), puis placardez le et ouvrez le débat autour de la machine à café par exemple...

 

Précédente Remonter



Sedo - Buy and Sell Domain Names and Websites project info: journee-de-la-femme.com Statistics for project journee-de-la-femme.com etracker® web controlling instead of log file analysis