« Journée internationales des droits des femmes »
Mairie de Vitry sur Seine,
du 7 au 13 mars 2006

Aux 3 cinés Robespierre



Le Programme:

Projection du film Suffragettes in the Silent Cinema, suivie du spectacle des Mômes Printemps, Leçon n°1 : s’émanciper

Projection du film Marock, suivie d’une rencontre avec l’équipe du film et d’une collation offerte par le centre social Balzac

Projection du film Le Viol, suivie d’une rencontre avec Marie-Ange Le Boulaire, réalisatrice du film

Projection du film L’Affaire Josey Aimes

Projection du film L’enfant endormi

Projection du film Le bal des chattes sauvages, suivie d’une rencontre autour du film, animée par Nicole Fernandez, du Centre audiovisuel Simone de Beauvoir

Tarif par séance : 4 euros

Pass pour la totalité des séances : 10 euros

Renseignements et réservations : 01 46 82 51 12

3 Cinés Robespierre, 19 avenue maximilien robespierre, 94 400 Vitry


Le détail des films

Suffragettes in the Silent Cinema , de Kay Sloan

États-unis, 2003, 35 min

Au début du siècle dernier, avant que la première guerre mondiale ne précipite l'obtention du droit de vote pour les femmes aux Etats-Unis (1919), le combat des suffragettes vu d'un coté par les comédies muettes satiriques, de l'autre par les actualités et les militantes, qui ont su s'emparer de l'outil cinéma pour rallier l'opinion à leur cause...

LES MÔMES PRINTEMPS Leçon n°1 s’émanciper …

Créé à Paris en janvier 2005 au Tremplin Théâtre puis repris au théâtre du Chaudron (cartoucherie de Vincennes) pour le festival des îles flottantes et  à Avignon dans le cadre du festival Off:

Depuis leur chambre de femme-enfant, Marjolaine et Violette Printemps, deux belles plantes piquantes aux allures de poupées, nous rappellent avec humour que le combat féministe n’a rien d’accessoire. Cela aurait pu être un simple récital de  chansons du patrimoine ou une comédie musicale de plus mais non ! Les Mômes vont plus loin en ajoutant un brin d’histoire à leur bouquet de chansons. Dans cette leçon n°1 (conférence de Marjolaine sur l’émancipation de la femme commentée par Violette), elles nous enchantent avec des perles du répertoire de la chanson réaliste (Damia, Fréhel, Mistinguett’, Arletty, Marie Dubas etc.) qui toutes écrites par des hommes pour des femmes sont à la fois si belles et si terribles … !

C’est ce qui plait aux adolescents comme aux centenaires qui découvriront avec plaisir ce spectacle drôle et intelligent.

Une leçon à retenir !

« Excellente mise en scène de Youlia Zimina, un spectacle plein d’esprit et de talent servi par deux comédiennes chanteuses bourrées de talent » Agnieska Kumor-RFI- Les actualités théâtrales

« Violette et Marjolaine ne sont pas du genre à nous faire la morale et à se lancer dans de longs plaidoyers en l’honneur de la gente féminine, leur message se lit en filigrane – la pilule passe mieux en chantant, n’est ce pas ? – derrière leur humour savamment dosé et leurs allures de poupées au teint de porcelaine. C’est ce qui fait la force du spectacle. » Mathieu Girandola – théatrothèque

Coécrit et interprété par  Marine Bragard: chant / Sandrine Cancellieri: piano, chant

Mise en scène : Youlia Zimina / Création lumière : Olivier Naslin

Une production Lassonnette. www.lassonnette.com 

Marock, de Laïla MARRAKCHI

Casablanca, l'année du bac. L'insouciance de la jeunesse dorée marocaine et tous ses excès : courses de voitures, amitiés, musiques, alcool, mais aussi l'angoisse de passer à l'âge adulte. "Marock" comme un Maroc que l'on ne connaît pas, à l'image de celui de Rita, 17 ans, qui se heurte aux traditions de son pays. En vivant sa première histoire d'amour, elle va se confronter aux contradictions de son milieu, de sa famille et surtout de son grand frère pour qui l'avenir passe par un retour aux valeurs traditionnelles.

Le Viol, de Marie-Ange Le Boulaire

Le 5 octobre 1994, Marie-Ange Le Boulaire est menacée, battue, violée par Patrick Trémeau, un multirécidiviste de 28 ans, aujourd'hui condamné et écroué. En réalisant ce film avec Olivier Pighetti, elle retrace, avec pudeur et sincérité, son parcours psychologique pour surmonter l'insupportable douleur du viol. Une histoire personnelle sur un mode universel.

Parce qu'elle a failli mourir, parce qu'il a voulu la détruire, depuis sept ans Marie-Ange Le Boulaire, comme, semble-t-il, toutes les femmes qui ont été violées, se reconstruit. Elle repasse le film de son agression, physique et psychique, dans les sous-sols d'un parking et de tout ce qui a suivi : l'arrivée chez ses parents, le dépôt de la plainte au commissariat, l'examen médical, l'identification de son agresseur, le procès, la confrontation, la rencontre avec les autres victimes...

Tous ces événements qui ont ponctué sept années de convalescence pendant lesquelles il a fallu accepter d'endosser le rôle de la victime : "On n'apprend pas à être victime, je le suis devenue brutalement". Médecin, procureur, policier, amies, parents, psy, elle convoque ceux qui l'ont accompagnée. Elle témoigne et fait témoigner. C'est là toute l'originalité de ce film.

La caméra assiste aux conversations, mais jamais ne s'interpose. Marie-Ange Le Boulaire aborde les choses avec recul, comme si elle regardait son histoire de l'extérieur. Aujourd'hui, elle parvient à mettre des mots sur chacune des étapes franchies depuis son agression, sans doute le signe de sa guérison.

La parole, nécessaire pour se reconstruire

Si l'on parle de l'agression sexuelle, on parle peu des conséquences d'un tel acte de violence. Le viol, négation et volonté de destruction d'autrui, n'est rien d'autre qu'une tentative de meurtre. Anne, une autre victime de Patrick Trémeau, raconte que pendant son agression, elle avait accepté l'idée de mourir, son objectif était de ne pas souffrir et de mourir dignement.

Marie-Ange ne s'est pas défendue : elle a subi pour ne pas mourir. L'incompréhension et la suspicion guettent à chaque rencontre. C'est l'une des difficultés que les victimes ont à surmonter. La honte et la culpabilité les assaillent.

La culpabilité de l'agression puis celle de la souffrance des proches, brutalement impliqués dans cet événement. La perte de confiance en soi et en les autres met les victimes dans un état de fragilité extrême. La parole, lorsqu'elle est possible et acceptée, apparaît comme le remède le plus efficace, même si plusieurs années après, certains mots comme "viol" restent imprononçables.

Le désir et la peur de continuer sa vie de femme se mélangent. Chacune a mis en place des stratégies pour dépasser l'agression : Anne a réussi à dissocier son agresseur du reste des hommes, notamment de son mari, Philippe, avec qui tout a continué, presque comme avant.

Marie-Ange a mis du temps à se retrouver seule dans une pièce avec un homme, mais elle explique : "J'avais un besoin physique que l'on me fasse l'amour pour me rendre compte que ce que j'avais vécu, ce n'était pas cela."

Inès, une autre victime, lorsqu'elle a mis au monde son enfant, n'a pu s'empêcher de penser à son agresseur : là où il l'avait souillée, il s'est finalement passé quelque chose de très beau. En relatant son expérience, cette femme montre ce que signifie une agression sexuelle et que l'on peut s'en sortir, plus forte.

L’Affaire Josey Aimes, de Niki Caro

Josie Aimes ,une jeune mère, fuit un mari abusif au début des années 70. Elle retourne donc dans son Minnesota natal et devient la première femme à se faire employer en tant que mineur. Mais dans cette mine de fer, qui emploie la plupart des habitants de la ville y compris son père, les hommes n'ont de cesse de harceler verbalement et physiquement les femmes employées. Se rendant compte que les dirigeants font la sourde oreille à leurs plaintes, et au risque de se mettre à dos sa famille, Josie Aimes devient la porte-parole des ces femmes devant la justice.

L’enfant endormi, de Yasmine Kassari

Dans un village du nord-est du Maroc contemporain, le mariage de Zeinab ne ressemble guère à une fête, son époux ayant décidé, avec d'autres, de partir dès le lendemain matin pour l'Espagne dans la clandestinité. Pour eux, il n'y a plus rien à faire au village. Quelque temps plus tard, Zeinab comprend qu'elle est enceinte. Dans l¹attente du retour de son mari et sous la pression de la mère de ce dernier, elle fait endormir son foetus. Le temps passe et les espoirs d'un retour s'amenuisent de jour en jour...

Le Bal des chattes sauvages, de Veronika Minder

Les femmes attirées par les femmes existaient déjà bien avant qu'on en parle. Cinq femmes suisses de différentes générations partagent leur vécu pour retracer l'histoire d'une minorité pour le moins discrète : leur quête identitaire, leurs relations, leurs lieux de rencontre souvent secrets. Que signifiait « aimer les femmes » quand le mot lesbienne n'existait pas ou qu'il n'y avait pas de « coming out » ?
Photos d'archives et documents d'époque forment un collage qui éclaire avec malice ces interviews. Un regard singulier sur le fait d'être différente et de réaliser sa vie avec bonheur. Le Bal Des Chattes Sauvages offre un voyage divertissant à travers cent ans d'histoire et de culture.


Accueil Remonter


Sedo - Buy and Sell Domain Names and Websites project info: journee-de-la-femme.com Statistics for project journee-de-la-femme.com etracker® web controlling instead of log file analysis